Ma Pinasse’périence !!

Revenant de quelque part et me dirigeant à un endroit bien précis je me retrouve à essayer pour la première fois, la pinasse.

Je me disais que ce serait surement comme les bateaux-bus, mais à mon grand étonnement « pinasse » ne signifie pas « bateau-bus ».

On me dit que la prochaine pinasse part à 13 heures il faut donc attendre et comment ? Chacun trouve sa position, si certains préfèrent être debout, d’autres cherchent un endroit où s’adosser ou une brique pour poser leur derrière …

Plus économique et rapide car il n’y a jamais d’embouteillage sur son trajet, la pinasse même si peut sécurisante a conquis bien des  cœurs : les « chocos », les « starlettes », les « mamans », les jeunes, enfin il y en a de toutes catégories, les adeptes de la pinasse.

13 heures, nous qui sommes encore dehors, sommes invités à monter dans la pinasse, notre capitaine est prêt et nous allons bientôt démarrer.

Les gens discutent, échangent, personne ne semble inquiet de savoir que nous sommes sur de l’eau et qu’il n’y a ni bouée de sauvetage, ni gilet. En fait tout le monde espère que rien ne va se passer et que la destination sera atteinte sans soucis.  Quelle Foi !

Quelques minutes déjà à bord et un jeune vient encaisser les passagers, 200 francs par personne. C’est un peu comme un « gbaka » sur l’eau : il y a un chauffeur et un apprenti ; la seule différence est que personne ne descend en route (LOL, qui veut descendre même ?).

Comme c’est ma première expérience, je demande au capitaine de m’accorder 5 minutes d’entretien, ce qu’il accepte avec plaisir.

Sans dictaphone, sans cahier, je prépare mes questions dans ma tête et je laisse de l’espace pour les réponses (lol).

Sur notre trajet je peux voir une autre pinasse avec des bouées de sauvetage (quelle belle initiative !). Apparemment ce serait la seule pinasse ayant des bouées (quel dommage !).

Nous sommes arrivés me fait-on entendre, effectivement notre bateau accoste. Tout le monde descend et je me retrouve avec le capitaine pour l’entretien.

J’ai réellement appris beaucoup de choses.

Chaque pinasse a son propriétaire et les capitaines son payer quotidiennement en fonction de l’affluence et du nombre de voyages. Ce qui est bien ; c’est qu’il affirme que les pinasses sont assurées. Quand il y a des intempéries, les pinasses garent le temps que le temps soit plus favorable. Selon le capitaine, il n’y a pas de problème véritable, seuls les clients sont souvent difficiles. A ma question de savoir comment est-ce qu’ils font quand il y a un problème avec la pinasse, le capitaine ne semble pas comprendre réellement et me répond sur les problèmes mécaniques : ainsi pour tout problème, il y a un mécanicien qui s’occupe du moteur et un charpentier qui s’occupe du bois. En réalité ce que je voulais savoir, c’était comment ils s’y prenaient en cas de naufrage… mais bon il ne faut pas penser au pire, c’est comme ça qu’on réfléchit ici en Afrique !

Mon capitaine se plait bien dans son travail dont le fruit est journalier et qui dépend de l’affluence ; de toutes les manières il n’a pas le choix, c’est mieux que voler.

Ce fut un entretien très enrichissant, qui me mis dans un état de réflexion sans répit.

Ainsi ces propositions qui peut-être pourront aider.

–          Je suggère que tous les propriétaires de pinasse se mettent ensemble pour rendre plus efficace leur travail : ils pourraient créer une sorte de compagnie où chacun serait actionnaire à une part bien déterminée.

–          Ensuite ils pourraient aménager leur différente gare, dans l’objectif de leur donner plus de sérieux et une image solide : une gare propre, saine où les clients pourront attendre, un peu comme les quais de la SO…, avec les différents horaires pour les départs.

–          Pour rendre leur Business un peu plus structuré, ils pourraient mettre un guichet à chaque gare pour que les clients y paient les tickets avant d’embarquer ; ainsi ça éviterait que les « apprentis » fassent des détournements. Aussi, les « capitaines » doivent devenir des salariés. Ils pourraient aussi mettre en place le système d’abonnement pour les clients qui le désirent.

–          Concernant les pinasses proprement dites, la compagnie pourrait équiper progressivement ses pinasses en bouées et gilet de sauvetages.

–          Il faudrait aussi donner un petit coup d’esthétique aux différentes pinasses : un peu de peinture ne ferait pas de mal, plus c’est beau et fiable, plus ça attirera. Et pourquoi pas mettre les pinasses made in Côte d’Ivoire à la disposition de certains touristes curieux d’expérimenter « un truc qu’un nègre a fabriqué », lol.

Bref, c’est mon regard sur ce que pourrait être désormais l’expérience d’une pinasse. Je crois que si chacun essayait de cogiter à ce qu’on peut améliorer dans notre quotidien, beaucoup de choses se feront, ou du moins beaucoup d’idées naîtront.

Je prie sincèrement que nos idées dépassent le stade d’idées et deviennent imagination afin d’être réalisées.

J’ai vraiment aimé la pinasse !!!!!!

 

2 commentaires sur “Ma Pinasse’périence !!

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :